Annonces – Compilation de Communiqués d’Information Récents


Explications de Gravures Anciennes envoyées au Archéologues de la "Cité de David"
qui ont sollicité de l'aide dans le déchiffrage de certaines gravures
récemment découvertes

Chers Archéologues de la Cité de David :

Hier, j'ai été informé que vous sollicitiez des informations à propos de gravures sur pierre mystérieuses récemment découvertes dans la Cité de David. En tant que dernier Frère Aîné de l'Église Desposyni, j'ai accès à la grande collection de dessins et documents anciens de notre organisation datant de milliers d'années.

J'ai trouvé certaines des informations que vous cherchez. Je peux vous dire que toutes les informations que vous cherchez à propos des gravures, de la pièce et de l’entière Cité de David, étaient, et sont, emmagasinées dans la pierre qui a été trouvée dressée debout dans la pièce à proximité des gravures.

Les gravures ont été faites par le biblique Énoch, il y a longtemps, alors qu'il enseignait aux gens de la région comment utiliser les énergies spirituelles pour des usages alchimiques, pour la guérison des corps des gens et pour le réveil des Âmes des gens. C'est là qu'Énoch, (le premier Lion de Jud-Ah après le Grand Déluge de l'Arche de Noah), devait disposer les ingrédients pour l'Huile d'Onction Sacrée et accomplir une ancienne cérémonie sacrée des Lions de Jud-Ah.

Cette cérémonie devait inclure la reconnaissance par un Élu (Énoch) des cinq Élus qui l'avaient précédé, et des quatre Élus qui allaient le suivre. Ceci est représenté par les deux symboles numériques I et V utilisés séparément et ensemble.

Il y a longtemps, Dieu demanda à dix Élus de naître dans des corps humains sur la planète terre, un tous les mille ans. Ces dix sont connus dans certaines légendes comme la lignée de l'Alpha et de l'Oméga. Cette lignée est représentée par les deux V à l'envers, celui avec des inscriptions au sommet est le symbole Alpha et celui avec des inscriptions à la base est le symbole Oméga.

Il nous a été demandé, à nous les Desposyni, de garder nos informations secrètes jusqu'en 2011. Nous révélons maintenant une grande quantité d'informations ésotériques autrefois secrètes.

Salutations
Frère Aîné

JERUSALEM (AP) — Des gravures mystérieuses dans la pierre faites il y a des milliers d'années et récemment découvertes dans une fouille sous Jérusalem déconcertent les archéologues.

Les excavateurs israéliens qui ont découvert un complexe de pièces sculptées dans le soubassement de la section la plus vieille de la ville ont trouvé récemment ces inscriptions : trois formes de "V" les uns à côté des autres dans le plancher de calcaire de l'une des pièces, environ 2 pouces (5 centimètres) de profondeur et 20 pouces (50 centimètres) de long. Il n'y a eu aucune découverte qui donne un quelconque indice quant à l'identité de qui les a faites ou à quoi elles servent.

Les archéologues en charge de la fouille connaissent si peu de choses qu'ils n’ont pas même été en mesure d'établir une théorie sur leur nature, dit Eli Shukron, un des deux directeurs de la fouille.

"Les inscriptions sont très étranges, et très intrigantes. Je n'ai jamais rien vu de pareil", a dit Shukron.

Les formes ont été trouvées dans une fouille connue comme la Cité de David, une excavation politiquement sensible conduite par les archéologues du gouvernement israélien et subventionnée par un groupe de Juifs nationalistes du quartier voisin palestinien de Silwan de l'est de Jérusalem. Les chambres ont été déterrées comme faisant partie de l'excavation des fortifications autour de la seule source d'eau naturelle de la ville ancienne, la source de Gihon.

Il est possible, mentionnent les archéologues des fouilles, que lorsque les inscriptions ont été faites il y a au moins 2800 ans, les formes aient peut-être servi à loger une certaine forme de structure en bois qui se tenaient dedans, ou qu'elles aient pu servir pour d'autres besoins qui leurs sont propre. Elles auraient pu avoir une fonction rituelle ou une fonction tout à fait banale. Les archéologues confrontés à un artéfact étrange peuvent habituellement au moins avancer une hypothèse à propos de sa nature, mais dans ce cas-là, personne, pas même les experts extérieurs consultés par Shukron et les co-directeurs de la fouille, des archéologues avec des décennies d'expérience entre eux, n’ont une quelconque idée.

Il semble qu'il y ait au moins une autre inscription ancienne du même type sur le site. Une carte centenaire d'une expédition menée par l'explorateur britannique Montague Parker, qui recherchait les trésors perdus du Temple Juif dans Jérusalem entre 1909 et 1911, porte la forme d’un "V" dessinée dans un réseau souterrain non loin de là. Les archéologues modernes n'ont pas encore excavé cet endroit.

Des brisures de céramique trouvées dans les chambres indiquent qu'elles ont été utilisées pour la dernière fois autour de 800 ans avant J-C, quand Jérusalem était sous le règne des rois de Judée, disent les archéologues des fouilles. Autour de cette période, les chambres semblent avoir été remplies de décombres pour soutenir la construction d'un mur défensif.

Il n’est toutefois pas certain qu'elles aient été bâties soit à l’époque de ces rois ou bien des siècles auparavant par les résidents Cananéens qui les ont précédés.

Le but du complexe fait partie de l'énigme. Les lignes droites de ses murs et les planchers à niveau sont l'évidence d'une ingénierie soigneuse, et il était situé près du site le plus important dans la ville, la source, suggérant qu’il pourrait avoir eu une fonction importante.

Une découverte unique dans une chambre à côté de celle des inscriptions — une pierre comme un marqueur de tombeau moderne, qui fut laissé debout quand la chambre fut remplie — pourrait donner un indice. De telles pierres étaient utilisées dans le Moyen-Orient ancien comme un point focal pour un rituel ou un mémorial pour des ancêtres décédés, disent les archéologues, et c'est probablement un vestige des religions païennes que les prophètes israélites de la cité ont essayé d'éradiquer. C'est la première pierre de cette sorte à être découverte intacte dans des excavations à Jérusalem.

Mais la pierre rituelle ne veut pas nécessairement dire que le complexe tout entier était un temple. Elle a pu simplement représenter un coin consacré à une pratique religieuse dans une bâtisse dont l’usage était courant.

Avec les experts incapables d'avancer une théorie sur les inscriptions, la fouille de la Cité de David a publié une photo sur sa page Facebook et a sollicité des suggestions. Les résultats vont de la réponse provoquant réflexion — "un système de panneaux de bois qui tenaient un autre objet", ou "des moules dans lesquels un métal en fusion aurait pu être versé" — à la plus fantaisiste : "des anciens caractères Hébreux ou Égyptiens", ou un "symbole pour l'eau, en particulier parce qu’une source était à proximité".

La fouille de la Cité de David, où les gravures ont été trouvées, est l'excavation la plus prestigieuse et la plus controversée politiquement dans la Terre Sainte. Ainsi nommée à cause du monarque biblique qui pense-t-on a régné de cet endroit il y a 3000 ans, la fouille est située dans ce qui est aujourd'hui l'est de Jérusalem, qui fut capturé par Israël en 1967. Les palestiniens revendiquent cette partie de la cité comme la capitale d'un état futur.

La fouille est financée par Elad, une organisation affiliée au mouvement de colonisation israélienne. Le groupe déménage aussi des familles juives dans le quartier voisin et ailleurs dans l'est de Jérusalem pour tenter de rendre impossible toute division de la ville lors d'un accord de paix futur.

Des palestiniens et certains archéologues israéliens ont critiqué la fouille pour laquelle ils disent que c'est une focalisation excessive sur des vestiges juifs. Les archéologues de la fouille, qui travaillent sous les auspices de l'Autorité des Antiquités Israélienne du gouvernement, nient cette accusation.

 

Accueil | Retour aux Annonces

 

 

© 2011 Desposyni Church